60 militants de défense des droits humains ont été formés sur le suivi et le rapport des violations en partenariat avec l´OPC, les commissariats et les prisons

Au cours du mois d´avril 2019, 60 représentants volontaires et militants des droits de l’homme (dont 20 femmes) ont participé à trois formations à Jérémie (Grand’Anse), aux Gonaïves (Artibonite) et à Jacmel (Sud-est). En partenariat avec l’Office de Protection du Citoyen (OPC) et les autorités des commissariats et des prisons, la composante Droits de l’homme de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la Justice en Haïti (MINUJUSTH) a organisé ces ateliers afin de former les acteurs de la société civile au monitoring (suivi) et à la production de rapports des violations des droits humains auprès des différents mécanismes nationaux et internationaux.

Ces formations se sont focalisées sur les critères d’identification des violations des droits humains, les principes de monitoring, la collecte et l’analyse des informations et les outils de monitoring, mais aussi comment rédiger les notes d’information et rapports sur les cas de violation observés.

Ces ateliers sont organisés dans le cadre du projet de renforcement des capacités des ONG locales afin d’appuyer le travail de l’Office de Protection du Citoyen (OPC) dans l’observation, le rapportage et le plaidoyer pour le respect des droits humains. Les principales organisations bénéficiaires ont été IDETTE (Initiative départementale contre la traite et le trafic des enfants) et la Fondation Julia et Jade (à Jérémie), Mouvman pou Defans Latibonit (MODELA) aux Gonaïves et Société Macaya à Jacmel.

Des séances pratiques ont eu lieu aux commissariats et aux prisons de Jérémie et des Gonaïves. Les participants aux séminaires, venus de 31 communes différentes, ont ainsi pu expérimenter la conduite des entretiens avec les détenus, l’analyse du registre de détention et l’entretien avec les autorités sur des cas réels et sur le fonctionnement des institutions.

Ces formations ont pour objectif de rehausser les compétences des observateurs des droits de l’homme dans les régions. À l’issue des ateliers, les organisations bénéficiaires se sont engagées à observer et à documenter les cas de violation des droits humains dans les départements de la Grand’Anse, de l’Artibonite et du Sud-est.

Les participants ont également été familiarisés avec la possibilité de faire le suivi de leur observation des droits humains avec certains mécanismes de droits humains des Nations unies et du système interaméricain des droits humains, ainsi qu’au niveau national.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *