COMMENT HAÏTI PEUT FAIRE FACE AUX PRATIQUES DE COMMERCE DÉLOYALES

Le Ministère du Commerce et de l’Industrie (MCI) et la Banque
Interaméricaine de Développement (BID) ont invité deux experts, Velia Govaere docteure en Droit,
spécialiste en Droit du commerce international, et Mario Umana (Costa Rica) spécialiste en Concurrence
et Commerce de la Banque Inter-américaine de Développement
pour animer l’atelier sur la concurrence et les mesures anti-dumping qui se tenait au Marriott les 12 et 13
novembre 2018.
Cette formation a fait suite à une série d’ateliers organisés par le MCI en vue de doter les fonctionnaires
et professionnels du secteur économique, de compétences en matière de régulation de la concurrence et
de renforcement de leurs capacités à lutter contre les pratiques commerciales déloyales.
Durant ces deux journées inaugurées par le ministre du Commerce et de l’Industrie, M. Ronell gilles, plus
de 80 participants ont exploré la manière dont les secteurs économiques et instances publiques impliqués
dans la promotion du développement économique du pays peuvent faire face aux pratiques commerciales
déloyales.
Haïti a le régime commercial le plus ouvert de la région mais ne dispose pas d’une loi sur la concurrence
ni de dispositifs de défense commerciale. La conséquence en est que le pays est exposé aux pratiques de
dumping de partenaires commerciaux qui contribuent à l’effondrement de la production nationale et
constituent des handicaps à la croissance et à la création d’emploi. «
La mise en place de mécanismes de
régulation de la concurrence et l’adoption de mesures commerciales de défense sont indispensables au
bon fonctionnement du marché national, à la protection des consommateurs et au renforcement de la
production nationale
» expliquaient les experts qui animaient l’atelier des 12 et 13 novembre.
Des cadres du MCI et des directions départementales, des associations de producteurs, des professionnels
du secteur privé, ainsi que des universitaires et médias, et des représentants du secteur public ont été
nombreux et assidus durant les 2 jours de cette formation. Les groupes était constitués de tous les
secteurs pour travailler ensemble sur l’application du Droit de la concurrence, la subvention et les Droits
compensateurs. A partir de cas pratiques de dumping, de mesures anti-dumping, de sauvegarde et de
concurrence qui se présentent dans d’autre pays, les fonctionnaires des ministères concernés ont pu
appréhender avec plus de pertinence le problème de la concurrence et les enjeux pour le pays.
C’est le directeur général du MCI qui a conclu ces deux jours de travail en soulignant l’importance pour le
secteur public de comprendre les enjeux de la concurrence pour le développement économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *