États-Unis : Les sanctions du Département Américain du Trésor visent Fednel Monchéry, Jimmy Chérisier et Joseph Pierre Richard Duplan, accusés de graves violations des droits de l’homme en Haïti

A l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme, le Bureau de contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du Département américain du Trésor cible les auteurs de graves violations des droits de l’homme dans plusieurs pays de l’hémisphère occidental, du Moyen-Orient et d’Eurasie. Les actions d’aujourd’hui sont prises en vertu du décret 13818, qui s’appuie sur la loi Global Magnitsky Human Rights Accountability Act et la met en œuvre, et qui cible les auteurs de graves violations des droits de l’homme et de corruption.

“Alors que nous reconnaissons la Journée internationale des droits de l’homme, les États-Unis se tiennent aux côtés des civils innocents du monde entier qui ont été victimes de la violence et de l’oppression”, a déclaré le secrétaire adjoint Justin G. Muzinich. “Les États-Unis se félicitent également de la capacité croissante de nos partenaires à se joindre à nous pour cibler les violations des droits de l’homme. Au cours des derniers mois, le Royaume-Uni et l’Union européenne ont chacun adopté de nouvelles autorités de sanctions, créant ainsi un cadre mondial puissant pour cibler les violations des droits de l’homme”.

La violence généralisée et la criminalité croissante des gangs armés en Haïti sont renforcées par un système judiciaire qui ne poursuit pas les responsables d’attaques contre les civils. Ces gangs, avec le soutien de certains politiciens haïtiens, répriment l’opposition politique dans les quartiers de Port-au-Prince connus pour leur participation à des manifestations antigouvernementales souligne le Bureau de Contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du Département du Trésor.
En échange de l’exécution d’attaques destinées à créer de l’instabilité et à faire taire les demandes de la population de Port-au-Prince pour de meilleures conditions de vie, les gangs reçoivent de l’argent, une protection politique et suffisamment d’armes à feu pour être, semble-t-il, mieux armés que la Police nationale haïtienne (PNH). Lors de l’attaque de La Saline en novembre 2018, aux moins 71 personnes ont été tuées, plus de 400 maisons ont été détruites et au moins sept femmes ont été violées par des gangs armés. Les gangs ont enlevé les victimes, y compris les enfants, de leurs maisons pour les exécuter et les ont ensuite traînés dans les rues où leurs corps ont été brûlés, démembrés et donnés en pâture aux animaux.

Alors qu’il était un agent de la PNH, Jimmy Chérisier alias Barbecue a planifié et participé à l’attaque de La Saline en 2018. Chérisier est aujourd’hui l’un des chefs de gang les plus influents d’Haïti et dirige une alliance de neuf gangs haïtiens connue sous le nom d’alliance G9 an Fanmi et alliés. Tout au long de 2018 et 2019, Chérizier a dirigé des groupes armés dans des attaques coordonnées et brutales dans les quartiers de Port-au-Prince. Plus récemment, en mai 2020, Chérisier a dirigé des gangs armés lors d’une attaque de cinq jours dans plusieurs quartiers de Port-au-Prince, au cours de laquelle des civils ont été tués et des maisons incendiées, poursuit l’OFAC.
Fednel Monchéry était le directeur général du ministère de l’intérieur et des autorités locales et, dans le cadre de ses fonctions, il a participé à la planification de La Saline. Fednel Monchéry a fourni des armes et des véhicules de l’État aux membres des gangs armés qui ont perpétré l’attaque. Fednel Monchery a également participé à une réunion au cours de laquelle le massacre de La Saline a été planifié et où des armes ont été distribuées aux auteurs de l’attaque, rappelle le Bureau du Contrôle des avoirs étrangers du Département Américain du Trésor.
Joseph Pierre Richard Duplan qui était le délégué départemental de l’Ouest à l’époque du massacre de La Saline, est accusé d’être “l’architecte intellectuel” et a été vu discutant de l’attentat avec des membres de gangs armés dans le quartier de La Saline pendant les violences. Duplan a fourni des armes à feu et des uniformes de la PNH aux membres des gangs armés qui ont participé aux tueries. Duplan a également assisté à une réunion au cours de laquelle le massacre de La Saline a été planifié et où des armes ont été distribuées aux auteurs de l’attaque.
Chérisier, Monchéry, et Duplan sont désignés en vertu de l’O.E. Global Magnitsky comme étant des personnes étrangères responsables ou complices, ou ayant directement ou indirectement participé à de graves violations des droits de l’homme.

Guy Fleurimond