Haiti-Sécurité : La PNH tient son plan de sécurité

L’Inspection générale de la Police nationale d’Haïti (IGPNH) veut dissiper les inquiétudes autour de la sécurité des candidats à la présidence et au Sénat en pleine campagne électorale. L’IGPNH veut tout aussi bien rassurer les parents et la population sur la réouverture officielle des classes fixée au 5 septembre 2016. C’est ce qu’a annoncé le porte-parole adjoint de l’IGPNH, Benjamin Jean-Claude, le mercredi 31 août 2016 lors d’une conférence de presse tenue dans les locaux de ladite institution.

Les incertitudes sont dissipées en ce qui concerne la sécurité des candidats et celle des élèves. La Police nationale d’Haïti (PNH) dispose d’un plan de sécurité au regard de sa mission pour accompagner les citoyens, notamment dans le cadre du déroulement de la campagne électorale et de la réouverture officielle des classes. L’annonce a été faite par le porte-parole adjoint de l’Inspection générale de la Police nationale d’Haïti (IGPNH), Benjamin Jean-Claude. Ce plan, dit-il, a été élaboré par le directeur général de la PNH, Mikerlange Gédéon. Incapable de le présenter au public dans ses grandes lignes, M. Jean-Claude a fait remarquer que l’Inspection générale ne dispose pas de ce plan pour l’instant, mais qu’il lui sera acheminé incessamment. « Étant donné que l’on est en pleine période de campagne électorale, il faut que l’on ait un plan qui permette de faire des prévisions en vue de faciliter le travail de l’institution policière ».

Pour implémenter ce plan de sécurité, poursuit le commissaire divisionnaire, la direction générale de la PNH a déjà mobilisé les différentes unités spécialisées de l’institution policière. On les a sensibilisées sur l’ampleur de leur travail durant cette période de campagne électorale. Laquelle période coïncide avec la rentrée des classes fixée au 5 septembre prochain par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). À cet effet, souligne-t-il, les agents de ces unités sont invités à escorter les différents candidats dans le cadre de leur meeting et à accompagner les élèves et étudiants.

 L’IGPNH dresse son bilan

Par ailleurs, le porte-parole adjoint de l’IGPNH a présenté le bilan de ses différentes activités durant le mois d’août. Il a fait savoir que les différentes commissions de l’Inspection ont traité 35 dossiers suite à la réalisation de 527 enquêtes. Elles ont procédé à la convocation de 98 policiers ; auditionné 163 agents ; réalisé 37 enquêtes de voisinage. En outre, près de 29 agents de la PNH ont été convoqués. S’ajoutent à cela environ 27 confrontations. Quinze mesures conservatoires ont été adoptées contre des policiers, dont dix (10) levées de mesures conservatoires.

L’Inspection a ouvert 80 enquêtes pour le mois d’août. Alors que l’inspecteur général en chef (IGC) a déjà signé 61 autres pour les acheminer à la direction générale de la PNH. Un policier a été mis en isolement. De plus huit (8) dossiers ont été transférés au Parquet, sans compter un nombre important de recommandations.

Outre ces activités, précise M. Jean-Claude, l’IGPNH avait reçu près de 78 plaintes à l’encontre de policiers pour des motifs divers. Il a cité, entre autres, des cas d’agressions et de menaces de mort. Près de 39 agents sont suspendus de l’institution policière.

 

Reynold Aris

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *