La Capsule Starliner Va Revenir Sur Terre, Échec Majeur Pour Boeing Et La Nasa

La capsule habitée Starliner de Boeing s’est élancée depuis cap Canaveral sur la côte Atlantique de Floride aux Etats-Unis. Mais suite à une anomalie, elle ne pourra pas rejoindre la Station Spatiale Internationale.

C’était une mission cruciale pour Boeing et pour l’Amérique spatiale. Perchée au sommet d’une fusée Atlas-V, la nouvelle capsule Starliner de Boeing, « habitée » par un mannequin, a décollé ce vendredi à 12 h 36 vers la Station Spatiale Internationale depuis Cap Canaveral, sur la côte atlantique de Floride. Mais, peu après le décollage, une anomalie a empêché la capsule de prendre la bonne trajectoire, compromettant d’emblée le rendez-vous avec l’ISS.

L’enjeu de ce vol test de 8 jours était capital : il s’agit ni plus ni moins pour les Etats-Unis que de retrouver à moyen terme une souveraineté dans leurs vols spatiaux habités, confiés depuis le début de la décennie aux Russes.

Une fois le lancement effectué, Starliner s’est séparé normalement de la fusée Atlas au bout de 15 minutes… avant que les ennuis ne commencent. Les équipes de Boeing et de la Nasa ont rapidement fait savoir que la capsule était sur « une orbite non nominale », c’est-à-dire une mauvaise trajectoire, compromettant son rendez-vous avec la Station Spatiale Internationale qu’elle devait rejoindre samedi, à 400 km d’altitude.

Selon Boeing, qui assurait en début d’après-midi contrôler le vaisseau, les moteurs de la capsule ne sont pas allumés. La situation était suffisamment préoccupante pour que la Nasa interrompe son direct.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *