L’association nationale des pêcheurs haïtiens plaide pour que leur secteur soit doté d’une politique publique

Lors d’une conférence de presse ce jeudi 10 décembre 2020, les membres de ANPH ont fait savoir que le secteur de la pêche fait face à de nombreuses difficultés.

L’association nationale des pêcheurs haïtiens compte 20 ans d’existence cette année. Pendant l’occasion, les membres en ont profité pour dresser un bilan, si durant ces 2 décennies certains progrès ont été réalisés, beaucoup reste encore à faire dans le secteur de la pêche qui fait face actuellement à de grandes difficultés, déplore le président de l’ANPH Joseph Wilto Marcéus.

La filière pêche est tout simplement négligée en Haïti, or tel n’est pas le cas dans d’autres pays, selon les membres de l’ANPH. Comment un secteur aussi porteur peut-il être traité en parent pauvre par l’état haïtien ,se demandent perplexes les responsables.
Le plus exaspérant, ce sont les conditions dans lesquelles les poissons sont gérés par les marchands, explique pour sa part la présidente de l’Association nationale des marchands de produits de mer Marie-Ange Jeune. Formation, crédit et moyen de conservation des produits, sont quelques-unes des revendications exprimées par madame Jeune.
Autant de difficultés auquel fait face le secteur de la pêche en Haïti et qui ne sont pas sans conséquences sur la santé des consommateurs. Qui pis est, ce n’est pas la première fois que ces problèmes ont été adressés aux autorités concernées, mais aucun suivi n’a jamais été fait, déplore le président de l’Association nationale des pêcheurs haïtiens.
« Le moment est donc venu pour que des mesures soient prises pour y remédier » selon le numéro un de l’ANAPH, Joseph Wilto Marcéus.
Des appels lancés aux autorités concernées pour la énième fois par l’ANPH qui garde l’espoir que des changements seront apportés à la situation. Dans l’intervalle, les membres restent et demeurent préoccupés.

Guy Fleurimond