Le ministre de la culture et de la Communication, Pradel Henriquez, a visité,  le dimanche 13 décembre 2020, le plus grand centre carcéral du pays, le Pénitencier national

Pour commémorer la journée internationale des droits humains, la ministre des droits humains au sein du Gouvernement Moïse/Jouthe, Jessie Menos, avec le support de la présidence, a organisé le dimanche 13 décembre 2020, une journée socio-culturelle, au  Pénitencier national.
Cette journée a réuni différentes personnalités du milieu des droits humains en Haïti, des femmes et des hommes de loi, des représentants de la communauté internationale spécialisée en la matière, des cadres de la prison civile, des Hauts Gradés de la Police Nationale (PNH), la Direction Générale du Bureau national d’Ethnologie.

L’ouvrage collectif intitulé: « DYALOG AK DOKTE JEAN PRICE MARS SOU CHIMEN LIBETE », écrit par un collectif de poètes/écrivains en prison, a été révélé au grand public et mis en vente à prix libre et accessible.
Le Ministre de la Culture et de la Communication qui est intervenu au nom du Ministre de la Justice et de la Sécurité publique, son collègue Rokefeller Vincent, empêché, a rappelé justement, les liens ayant toujours existé dans le temps, entre la prison, les prisonniers et la création littéraire.
Deux grands poètes du Moyen-Age ont été pris en exemple. Il s’agit de Charles d’Orléans, ce Prince de l’ère médiévale qui a vécu 25 ans en prison, ainsi que l’immortel François Villon, vagabond et bandit notoire à son époque.
Pradel Henriquez a conclu son bref propos sur la nécessité d’entretenir tout un devoir de solidarité envers ces prisonniers qui ont des droits, même derrière les barreaux.

Guy Fleurimond