Le Ministre de l’Economie et des Finances M. Michel Patrick Boisvert est accusé par les syndicalistes de la Compagnie de Dignité d’encourager la Corruption

Ce Mardi 10 Novembre, aux environs de 9 hres AM, les syndicalistes et les employés de la Compagnie de Dignité ont tenu un mouvement par devant les locaux du Ministère de l’économie et des Finances pour protester contre la mauvaise gestion du directeur Jean Nesly qui ne fait qu’encourager la corruption dans toute son intégralité.

Cependant plusieurs personnes interrogées dans le sit-in ont affirmé que le directeur Jean Nesly n’a pas créé aucune condition pour les faciliter à recevoir leur salaire équivalent à plusieurs mois , alors que les problèmes auxquels ils font face sont multiples, si l’on peut citer plus précisément le dossier de la scolarisation de leurs enfants.

Pourtant selon certains d’entre eux, le directeur général agit en fonction de ses propres besoins et a détourné certains fonds destinés à la réparation des bus pouvant conduire les écoliers dans leurs établissements. C’est ce qui fait que le nombre de bus disponibles ne peut aucunement remplir sa mission convenablement.

Plus loin, les syndicalistes affirment que M. Jean Nesly est maintenu au poste par le soutien du Ministre de l’Economie et des Finances M. Michel Patrick Boisvert qui, grâce à un deal entre les deux hommes arrive au delà de toutes malversations à rester à la tête de cette institution de grande importance pour les familles haïtiennes.

Malgré le dispositif de sécurité que les agents de la Police Nationale d’Haïti ont dû imposer dans la rue logeant ce Ministère, les protestataires ont créé une situation de panique; suivi d’une détermination à rester solidaire pour aboutir à ce qu’exige leur revendication. En outre, ils entendent continuer leur mouvement jusqu’à ce que les autorités haïtiennes agissent en toute état de raison pour donner une suite favorable.

Il faut toutefois signaler que les policiers se sont comportés en professionnels et aucun incident malheureux n’a été retenu.

*Mathurin Jean Samguel*

Variétés Presse