L’électrification rurale: dans les campagnes, la lumière attire les jeunes

Avec un meilleur accès à l’électricité, le monde rural devient plus attrayant, notamment pour les jeunes. Surtout, cela permet aux productions agricoles d’évoluer, de se moderniser et d’améliorer les revenus.

En Afrique, où 620 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité, les réseaux intelligents, les mini-réseaux et les réseaux hybrides représentent une solution crédible. © Joerg Boethling/Alamy Stock Photo

Si 145 millions d’Africains ont eu accès à l’électricité depuis 2000, 620 millions en sont toujours privés, soit environ les deux tiers de la population du continent. “D’après les agriculteurs et les propriétaires de petites entreprises, le manque d’accès à l’électricité constitue l’un des principaux obstacles à leur activité”, souligne l’Africa Progress Panel dans son ouvrage Lumière, puissance, action : électrifier l’Afrique.

La mise en place d’un réseau étant longue et coûteuse, les solutions de fourniture de l’électricité aux zones rurales les plus reculées sont à chercher dans les réseaux intelligents, les mini-réseaux et les réseaux hybrides. Les systèmes photovoltaïques sont les plus répandus mais les kits d’éclairage pico-solaires ont aussi un beau succès, permettant d’alimenter des lanternes ou des petits systèmes à usage domestique (10 W), dont des téléphones portables ! Entre 2011 et 2015, les ventes des systèmes pico-solaires sont passées de 500 000 à 11,3 millions d’unités, mais essentiellement dans trois pays : le Kenya, la Tanzanie, l’Éthiopie.

Les appareils éco-énergétiques hors réseau permettent aux exploitants agricoles d’améliorer leur productivité en ayant recours à des couveuses artificielles, des trayeuses, des clôtures électriques, des pompes à eau pour le bétail et l’irrigation. Ceci permet d’allonger les saisons de végétation, de réduire les risques, d’accroître la production agricole.

Dans “L’électrification rurale de l’Afrique sub-saharienne”, Bernard Duhamel explique comment, en 2009, des panneaux solaires ont fait leur apparition près de Nselo, dans le district de Lukaya au sud-ouest de Kinshasa, la capitale de la RDC, révolutionnant la vie des paysans. Des kits solaires ont été achetés et, en moins d’un an, 52 villages se sont équipés. De petits moulins ont été installés, facilitant le travail du manioc et du maïs ; des cuisinières électriques ont remplacé le bois de chauffe. Grâce à l’accès à l’électricité, “les jeunes souvent attirés par la ville ont à présent de quoi se divertir”, note l’auteur.

Comment développer ces énergies renouvelables ? “Si la microfinance peut venir en appui au déploiement de kits solaires individuels, les solutions solaires à plus large échelle sont freinées par l’importance du financement initial des installations, bien que les coûts d’exploitation soient par la suite réduits”, estiment Jean-Michel Huet et Aurélien Boiteau, de BearingPoint, dans le numéro hors-série de Proparco.

Lumière, puissance, action : électrifier l’Afrique
Africa Progress Panel, 2017 ; 126 pp.
PDF à télécharger depuis : https://tinyurl.com/y74w2t8t

L’électrification rurale de l’Afrique sub-saharienne
B Duhamel
École nationale supérieure de l’énergie, l’eau et l’environnement, 2017 ; 17 pp.
PDF à télécharger depuis : https://tinyurl.com/ydf4wwsj

L’électrification rurale en Afrique : une opportunité de développement économique ?
J M Huet et A Boiteau
In. Les producteurs privés d’électricité, une solution pour l’Afrique ?
Proparco, 2017 ; 28 pp.
PDF à télécharger depuis : https://tinyurl.com/y7axw8qs

 

Bénédicte Châtel

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *