Libre réflexion sur l’intervention des autorités étatiques à l’émission ‘’Haiti: Gestion post Matthew’’ de l’ANMH (Association Nationale des Médias Haitiens)

Le cyclone Matthew qui a fait ravage dans le departement du sud, des nippes et d’autres zones avoisinant Port-au-Prince, laisse le pays aux aboies en accelerant la pénurie en nourriture et en envenimant la situation précaire dans laquelle vivaient déjà la majorité de la population. Il a également mis a nu l’Etat, les autorités étatiques qui ne savent –selon plus d’un- que rouler en Toyota Land Cruiser tout terrain et passer des sirènes.
À dire vrai!

Quelques semaines après le drame, on se pose encore la question sur la gestion de la situation actuelle par l’Etat. C’est dans une telle perspective que l’ANMH s’est lancée dans une serie d’émission


baptisée ‘’Haiti: Gestion Post Matthew’’, animée par les journaliste Hérold JEAN FRANCOIS et Jean Romel PIERRE et qui vise (comme il est dit au-dessus) à questionner l’Etat sur son déploiement dans les lieux touchés, ses controles et ses évaluations de la situation actuelle des victimes.

La première serie à débuté le dimanche 23 octobre à la RTVC (Radio Télévision Caraïbe) à 12:00. En ce sens trois des cadres de l’Etat ont été invités à parler de la situation post Matthew. Il y avait entre autre: le ministre de l’agriculture, des ressources naturelles et développement rural, monsieur Laurore GUITHO; le secretaire d’Etat à la sécurité publique monsieur Himmler RÉBU et le directeur du ministère de l’interieur et des collectivités térritoriales monsieur Jude SAINT-NATUS. La première partie de l’émission tout comme la seconde, s’est déroulée dans une atmosphère très calme, tous les trois paraissaient à leur aise et répondaient aisement aux questions des journalistes. À les regarder certains pourraient croire que Haiti n’a pas de grands problèmes et que l’Etat controle la situation, cependant ce sont leurs interventions qui vont affirmer le contraire en nous demandant implicitement de tirer la sonnette d’alarme en décrétant la fin de notre miserable existence…Allons voir:
Le premier intervenant fut le directeur SAINT-NATUS qui a fait le point sur le lien entre le ministère de l’interieur et celui de l’agriculture et autres, dans la question de la gestion des risques et de désastres. Il a aussi souligné l’importance des abris provisoires tout en précisant que les 17000 n’étaient pas tous des abris construits. Ce dernier a fait remarquer que le dimanche 23 octobre de l’émission ramenait aussi,  l’inauguration de deux (2) abris provisoirs pouvant contenir de 200 à 250 personnes.
D’autre part, il a décrit l’état des maisons détruites par le cyclone qui selon lui, ne respectaientt pas vraiment les normes liées à la construction.  De son coté, le colonel RÉBU a ramené la problématique relative aux attaques et pillages de l’aide humanitaire. Securiser les differents convois se révèle selon lui, très difficiles pour ne pas dire impossible. Ce dernier a déploré d’un coté le fait que l’aide dominicaine a été-sous les condition des manipulations politiques-transformée en objet de déshonneur national et de l’autre, les problèmes rencontrés dans le processus de reconduction des matériels et des ingenieurs dominicains chez eux.
 “Certains gens des zones touchées ne voulaient pas que les matériels regagnent la république Dominicaine” a-t-il affirmé. Toute fois, il a expliqué être en pourparler avec les autorités dominicaines sur la question de la date prévue par ces derniers pour le retour de leurs materiels ainsi que leurs ingénieurs,  qui était le lundi 25 octobre. C’est triste, en Haiti il n y a pas d’ingenieur, aucun materiel…
Le minsitre de l’agriculture lui, met l’accent sur le renforcement des initiatives à moyen et à long terme en collaboration avec la FAO visant à remembrer l’agriculture, la pêche etc..”L’aide, les nourritures ne vont pas rester eternellement” a t-il avancé, malgré qu’il reconnait la néssicité de répondre dans l’urgence par l’urgence. Il a aussi souligné la mise en oeuvre des ressources humaines dans la formation des cadres comme: les agents agricoles, les techniciens agricoles et les agronomes pour sensibiliser et motiver les paysans agriculteurs et autres, qui selon lui, serront les bénificiaires de certains crédits dans le lancement d’un projet à venir…
Risquons une courte analyse de ces trois interventions au regard du thème de l’émission ‘’Haiti:Gestion post Matthew’’. Qu’est-ce qu’il y a de gestion dans les interventions de ces trois cadres de l’Etat? Qu’est-ce qu’ils nous ont dit à propos de la situation actuelle?  Quelles sont les données avancées par ces derniers pour expliquer non seulement le nombre d’interventions de l’Etat dans les differentes villes touchées, mais aussi celles des ONG? Qu’ont-ils dit sur le nombre des ONG qui sont sur le terrain? Controlent-ils ces ONG là? Ont-ils parlé enfin d’une évaluation totale  des pertes en bétails, en plantations, en materiels? Peuvent-ils nous faire une estimation des pertes en vie humaines causées par le cyclone? Qu’est-ce que le mot gestion veut dire pour ces trois autorités de l’Etat?
Ces differentes questions constituent le fil conducteur de notre réfléxion car aujourd’hui les cadres étatiques sont dans le déni, ils sont cyniques en refusant d’admettre que c’est fini..Ces trois interventions annonce la fin de l’Etat, il ne peut rien controler, encore moins diriger, car il se résume à un Toyota Land Cruiser tout terrain, ainsi que des perdiems. En parlant de gestion post Matthew’’, même les tantinets d’esprit s’attendraient à ce que les autorités les disent avec des données chiffrées: ‘’que la situation était comme ça pendant l’évenement, voilà comment elle est maintenant grace à nos interventions dans la construction des habitats, grace à l’intervention de nos medecins contre le cholera et autres, grace au déploiement de nos géologues et agronomes dans l’environnement, grace à nos ingenieurs pour la question des route etc..’’ ça c’est le langage des responsables, de toute autorité ayant du respect pour sa population et pour soi-même.
Dommage que nous ne voyons pas que nous sommes “dans le tourbillon du vent méphitique” etatique. Certains universitaires demandent une gestion rationnelle de la situation post Matthew, ils sont entrain de rêver car le mot rationnalité est étranger à l’Etat, voilà pourquoi l’université n’est pas mobilisée par ce dernier pour répondre à ces differents problèmes, alorsque nous avons l’école de géologie, nous avons la faculté des sciences, nous avons la faculté de medecine, nous avons la faculté d’éthnologie etc…Pourquoi l’Etat ne les a pas impliquées dans le processus de réponse aux problèmes causés par Matthew?
Parce que tout simplement l’Etat haitien n’a de goût que de la médiocrité et de la crasse…. et que pour le comprendre, il ne faut pas le considerer comme exteriorité à Matthew. Les autorités de l’Etat sont des Matthews à visage humain, la question de la gestion devient ainsi paradoxale car Matthew n’arrivera jamais à gerer l’après Matthew….
Nicodem Jean-Baptiste
Journaliste Certifié en Psychologie

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *