Lutte contre l’insécurité,y a t-il lieu de parler de tergiversation du DG de la Police Nationale ?

En matière de gouvernance publique, le gouvernement détient le monopole de la sécurité nationale. En Haïti, c’est donc au chef du gouvernement qu’il revient en sa qualité de président du Conseil supérieur de la Police Nationale d’Haïti (CSPN), de définir la politique et les stratégies de sécurité publique.

La Police Nationale d’Haïti est une force de police dont la mission première est de “ Protéger et de Servir” la population, d’assurer la sécurité publique et le maintien d’ordre social.
Nonobstant les enjeux liés au une remontée de l’insécurité dans certaines communes de la région métropolitaine, il importe de passer en revue les faits saillants réalisés par le commandement actuel la PNH ayant à sa tête, Rameau Normil, un cadre supérieur de carrière au sein de l’institution policière.
Non, dans une démarche d’effectuer une plaidoirie ou de vanter l’efficacité du numéro# 1 de la police , il incombe de dresser un tableau du travail de ce dernier depuis sa promotion en août 2019 au commande de la PNH jusqu’à date.
Le Directeur Général a.i de la Police Nationale d’Haïti ,Rameau Normil, est arrivé au fauteuil à un moment crucial où les forces de police étaient à pied œuvre. Fraîchement arrivé, les épisodes de pays Lock suivi des agitations du SPNH ont secoués une PNH déjà dévastée et délaissée par son prédécesseur mais le leadership de Rameau Normil lui a permis de maintenir cette force de police dont il a vécu les échelons et dont ses analyses et expériences lui ont permis de déterminer les forces et faiblesses.

Renforcement de capacité, mesures d’amélioration des conditions de travail des agents , motivation face à la recrudescence de l’insécurité ,le commandement de Rameau Normil a fait ses preuves .
D’interminables opérations perpétrées sur l’étendue du territoire ont permis d’appréhender plusieurs bandits et à rétablir l’ordre dans plusieurs localités dans les villes de province surtout où les escadrons de la mort battaient le plein, des bilans qui ont été présentés à la population la semaine écoulée en font le témoignage.
Il n’y a pas un dossier qui soit resté au tiroir sans faire objet d’enquête à quelque niveau que ce soit afin d’aboutir à des résultats . A travers ces différentes structures, le travail du haut commandement de la PNH ne faillit à sa mission en dépit des clous de la situation .Toutefois, l’institution redouble d’efforts tous les jours pour honorer sa responsabilité et ternir complètement le banditisme et attire l’attention des différents acteurs de la vie politique et civile sur le fait que la lutte contre l’insécurité demeure un faisceau auquel chacun a sa lueur à apporter.