Pierre Espérance qualifie, dans une note publiée ce mercredi, les déclarations du ministre de la justice de menaces contre les organisations de défense des droits humains en Haïti et portent atteinte grave à leur réputation 

Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Rockefeller Vincent, a qualifié, le 10 décembre en cours, certaines organisations de défense des droits humains d’agents destabilisateurs. De quoi fait réagir le direceur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH).

Participant à une Conférence de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), le 10 décembre en cours, à l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’homme, le ministre Rockfeller Vincent s’en est pris à certaines organisations de défense des droits humains, notamment le Bureau des Avocats Internationaux (BAI) et le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH). Le titulaire du MJSP les a qualifiés « d’agents destabilisateurs, de fauteurs de troubles et alliés du parti Fanmi Lavalas ».

Pierre Espérance a répondu au ministre de la Justice et de la Sécurité Publique. « Ces déclarations constituent une menace contre les organisations de défense des droits humains en Haïti et portent atteinte grave à leur réputation », s’indigne Pierre Espérance.
Le défenseur des droits humains dit déplorer les déclarations du ministre à la conférence dans un contexte où il est « incapable » de rétablier l’ordre et la paix dans le pays et défendre le gouvernement qui est accusé d’implication dans plusieurs massacres perpétrés dans le pays dont celui de La Saline.
Pour Pierre Espérance, c’est une honte pour le pays ainsi que ce gouvernement. Il en a profité pour dénoncer cette attaque voilée contre ces institutions. Il dit n’entend pas renoncer à sa mission face à ces apprentis dictateurs.

Guy Fleurimond