Réflexions sur la Note de Presse de la Nonciature Apostolique par Père Jean-Miguel Auguste

La double annonce par la Nonciature Apostolique le 7 octobre dernier, du départ à la retraite de Mgr Guy Poulard et de la nomination de Mgr Max Leroy Mésidor pour remplacer l’Archevêque de Port-au-Prince, m’a agréablement surpris et rassuré.

Surpris, parce que je ne m’attendais pas à ce que Mgr Mésidor fasse, en si peu de temps -soit un peu plus de soixante mois – ce trajet épiscopal de Fort-Liberté au Cap-Haïtien (1 an) et du Cap-Haïtien à Port-au-Prince (4 ans).

Les desseins de Dieu sont insondables…Les voies de Dieu sont impénétrables…

Rassuré aussi, disais-je, parce que Mgr Mésidor a cette grande vertu de ne déranger personne.

Et l’Archidiocèse de Port-au-Prince n’en demande pas mieux, pour l’instant.

En ce sens, le nouvel Archevêque rassure et sécurise. Mais, il ne faudrait surtout pas qu’il ne doive ces multiples et rapides nominations par défaut…

Que Port-au-Prince soit le Diocèse d’Epiphanie de Mgr Max Leroy Mésidor, en qui nous reconnaissons un homme de Dieu, un homme de communion et de paix, un homme d’écoute et de miséricorde, un ecclésiale, un pasteur. Mais Cette capitale, de toujours et à tous les niveaux, reste et demeure un défi.

Et tous nos Archevêques, étrangers ou indigènes, en ont fait la dure et terrible expérience.

L’expérience, Mgr, vous en avez!

La vision, la persévérance, la foi, la fermeté, des collaborateurs compétents, honnêtes et loyaux… il vous en faudra… Je prie pour vous car les tâches pastorales et administratives qui vous attendent dans la Première Province Ecclésiastique d’Haïti ce qui fait de vous d’ailleurs le Primat de l’Eglise d’Haïti, sont urgentes et incontournables.

Je prie beaucoup pour vous. Mais votre parcours nous rassure. En effet partout où vous avez fait du ministère, vous avez apporté de l’espérance, de la sérénité, de la fraternité, de la paix et de joie.

Qu’aujourd’hui, Port-au-Prince, mon Diocèse d’origine, puisse en bénéficier !

Du Collège St Martial jusqu’à votre nomination comme Archevêque de Port-au-Prince, en passant par le grand séminaire Notre Dame, je vous appelais: « Mon ami Leroy » et vous de m’appeler Mig.

Désormais, je ne pourrai plus m’adresser à vous ainsi. Vous êtes devenu mon Archevêque. Soyez-en digne comme l’a été celui que vous remplacez. Premier Evêque de Jacmel, Mgr Guire Poulard, sensible aux besoins matériels et spirituels du jeune Diocèse, créa de nouvelles paroisses et écoles. Patiemment, il forma un jeune clergé pour le service pastoral et le développement humain du peuple de Dieu du Sud-Est. Sous son leadership, le Diocèse de Jacmel était bien administré et les rapports annuellement et sans retard, acheminés à Rome via la Nonciature.

Qui ne se souvient des prises de positions courageuses de l’Evêque de Jacmel invitant les protagonistes et les adversaires politiques de notre pays à dialoguer à résoudre leurs différends durant nos moments de crise de gouvernance?

Qui ne se souvient de sa voix calme mais combien prophétique, prenant la défense des justes causes ou dénonçant la présence des forces étrangères, violant notre intégrité territoriale et notre dignité de peuple?

Qui ne souvient de ces moments périlleux quand des hommes politiques, issus des ténèbres, tentèrent d’assassiner notre prélat pour éteindre sa voix, à l’instar du Salvador où l’Archevêque Roméo avait été assassiné ?

Mgr Poulard n’a jamais eu peur, ne s’est jamais tu, voire enfui ou se caché face aux dangers encourrus en dénonçant le mal et la corruption rampante de toutes les sphères étatiques et sociales du pays.

Mgr Poulard, à l’instar de Mgr Romélus, ont été, chacun, dans une époque précise de l’histoire d’église en Haïti notre voix, notre conscience, notre guide, notre lumière, notre prophète…

Ainsi, après un court passage ou détour aux Cayes, Mgr Poulard était devenu, à la mort prématurée de Mgr Serge Miot, lors du tremblement de terre de 2010, Archevêque de Port-au-Prince, son Diocèse d’origine, où il s’est mis immédiatement au travail pour d’abord, psychologiquement, spirituellement et matériellement, encadrer les prêtres et fidèles de l’Archidiocèse de Port-au-Prince, grandement affectés par le désastre.

Avec une foi ardente et une détermination sans borne, Mgr Poulard s’était montré l’homme du moment.

Et l’Archidiocèse a commencé sous son leadership à revivre. Les signes d’espérance sont un peu partout à Ste Thérèse de Pétion-Ville, au Christ-Roi à Bourdon, à Notre Dame du Perpétuel Secours à Delmas 75, à Ste Rose Léogane, à l’ancienne Cathédrale, à St François de Sales.

Les signes du renouveau sont visibles dans l’Archidiocèse. De nouvelles paroisses sont fondées, des écoles catholiques et des centres catéchétiques se construisent. La Bonne Nouvelle est ainsi annoncée aux pauvres. De tous nos Archevêques et Évêques Haïtiens, aucun n’a créé autant de paroisses que Mgr Guy Poulard. Il est un vrai batisseur d’églises.

Mgr Poulard, le peuple de Dieu d’Haïti avec ses pasteurs, ses prêtres, ses Évêques, ses religieux et religieuses vous disent Merci. Un Merci de coeur, un Merci d’amour…

Vous avez réussi, avec la Grâce de Dieu, là où beaucoup avaient échoué. Vous, le premier Archevêque Haïtien de Port-au-Prince à partir en retraite paisiblement, honorablement, et tranquillement.

L’Église d’Haïti vous doit tant et vous sera éternellement reconnaissante, car Elle a appris de vous que même pauvre, vivre dans la dignité et refuser des aumones ou solidarités frisant l’arrogance et le mépris,est possible. Elle a appris de vous le sens du dévouement,du travail bien fait, de l’humilité,de la prière et de la confiance totale en la Providence.

Mgr Poulard, vous partez à la retraite sans richesse et sans argent mais avec le respect et l’admiration de tous et le sentiment d’avoir bien travaillé dans la vigne du Seigneur.

Merci Mgr, merci Père Poulard.

Voilà, Mgr Mésidor: le prêtre, l’Archevêque que vous allez remplacer !

Je note avec joie que tous deux vous avez été Évêques dans deux Diocèses avant d’être nommés Archevêques de Port-au-Prince… Signe des temps? Cela nous rassure.

Un Géant s’en va… Un homme de haute taille et d’envergure s’avance et se présente pour continuer l’oeuvre du Renouveau déjà commencée…Que le Bel-Air vous inspire…Que Notre Dame du Perpétuel Sécours veille sur vous partout et toujours! Que Notre Dame de l’Assumption garde, protège votre âme de la Corruption et la dirige toujours vers les biens impérissables. Ne cessez jamais de sourire.C’est un signe d’Espérance.

Père Jean-Miguel Auguste