Rentrée des classes : le PNCS se dit prêt

photo-PNCS

Deux cent cinquante mille (250 000) élèves auront accès à un plat chaud cette année à travers tout le territoire national, selon la coordonnatrice générale du Programme national de cantine scolaire (PNCS), Mme Phanèse R. Laguerre. Pour démarrer le programme cette année, le PNCS a besoin d’une enveloppe d’un milliard de gourdes.

« Le Programme national de cantine scolaire (PNCS) est l’affaire de tout le monde », a rappelé, d’entrée de jeu, la coordonnatrice générale du PNCS, Mme Phanèse R. Laguerre, mettant l’accent sur la qualité nutritionnelle des plats qui seront servis cette année aux écoliers et écolières. Par ailleurs, la coordonnatrice a souligné le rôle important du PNCS dans la rentrée des classes. À en croire Mme Phanèse R. Laguerre, le PNCS a déjà pris un ensemble de dispositions lui permettant de jouer pleinement sa partition, dans le cadre de la rentrée scolaire 2017-2018. « Le PNCS reste et demeure l’unique agent autorisé à gérer la cantine scolaire dans le pays », a-t-elle précisé.

Contrairement à l’année dernière où 139 364 élèves avaient bénéficié d’un plat chaud par jour via le PNCS, cette année deux cent cinquante mille (250 000) élèves seront bénéficiaires du programme, à travers tout le pays, selon les dires de la coordonnatrice générale du programme. Pour l’année 2017- 2018, 55 000 élèves auront accès à ce programme dans le grand Sud. Les écoles voulant bénéficier de ce programme doivent répondre aux critères suivants : un dépôt capable de gérer les aliments en toute quiétude, une cuisine répondant aux normes sanitaires exigées et autres. « Et dans le souci de l’intérêt des enfants, même les écoles qui ont fait une mauvaise gestion du PNCS l’année dernière ne seront pas exclues cette année », a confié la coordonnatrice qui plaide en faveur d’une plus large utilisation de produits locaux à grande valeur nutritive dans l’alimentation des élèves. « Ce qui aura des retombées positives sur la production nationale et l’économie rurale », a-t-elle expliqué.

Comme les autres institutions, le PNCS, à travers la voix de sa coordonnatrice, se dit prêt pour la rentrée des classes qui se fera d’ici quelques jours. Néanmoins, Mme Laguerre n’était pas en mesure de communiquer, à date, ni le budget disponible pour l’année académique 2017-2018 ni le nombre des écoles inscrites dans le programme au niveau national. Il faut dire que la coordonnatrice a esquivé quasiment toutes les questions portant sur le financement du PNCS qui est une institution placée sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP).

Vingt ans après la création du Programme national de cantine scolaire (PNCS) dont le rôle est de régulariser la cantine scolaire à travers tout le pays, seulement 250 000 élèves vont pouvoir bénéficier d’un plat chaud, cette année. Compte tenu du nombre d’élèves qu’on aurait dû donner à manger dans le cadre de ce programme, ces 250 000 bénéficiaires constituent un très faible pourcentage. De ce fait, le PNCS peut-il s’enorgueillir ?

Jodel Alcidor

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *