Réouverture officielle des classes ce lundi 9 novembre 2020 sous le signe du respect du droit à l’éducation et de l’amélioration de l’accès scolaire

Un double événement a marqué cette journée : L’inauguration de 12 nouvelles écoles dans le Centre et l’Artibonite et le lancement officiel de l’année académique, suivant le calendrier scolaire 2020-2021 du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). La Première Dame, Martine MOISE, et le Premier Ministre, SEM. Joseph JOUTHE, ont accompagné le titulaire du MENFP, Pierre Josué Agénor CADET, en prenant part à la cérémonie de circonstance, organisée par le MENFP, dans la métropole du département du Centre, Hinche.

La ville de Charlemagne Péralte a été sous les feux des projecteurs, ce lundi 9 novembre 2020, en servant de lieu officiel de la traditionnelle cérémonie de réouverture des classes de l’année 2020-2021, contrairement aux années antérieures où l’événement se tenait en général dans la capitale haïtienne.

C’est dans une ambiance festive aux couleurs nationales que l’activité s’est déroulée à l’école nationale Guy Malary à Hinche en présence des plus hautes autorités locales et nationales. Cet établissement scolaire public flambant neuf avec 18 salles de classe et les commodités modernes respectant les normes antisismiques et anticycloniques est le plus imposant parmi les 12 écoles inaugurées symboliquement à cette occasion. Notons que les écoles sont équipées de sources d’énergie autonome alimentées par l’énergie solaire.

Ce sont les deux directeurs départementaux d’éducation du Centre et de l’Artibonite, respectivement MM. Mulaire Julsaint et Ecol Renoit, qui ont reçu les clés de ces écoles des mains de la Première Dame, du Premier Ministre et du Ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle. Les deux directeurs ont salué cette action de l’Etat haïtien réalisée avec l’appui du Japon qui a financé les travaux. Ces nouvelles écoles viennent élargir la capacité d’accueil du ministère en matière d’offre scolaire publique et permettra à de nombreux enfants d’avoir accès à l’école, se réjouissent ces directeurs. Un point de vue partagé par le maire de la ville, Estamane Elmetus, qui applaudit cette initiative car l’éducation, selon lui, est la clé du développement. Profitant de son intervention, le 1er citoyen de la ville a sollicité l’appui de la Première Dame afin d’équiper l’école nationale d’un laboratoire informatique.

Sept de ces écoles sont situées dans le haut-Plateau central (Ecoles nationales Henry Christophe, Immaculée Conception, Toussaint Louverture, Guy Malary ; Ecoles nationales de Marmont, de Colladère et de Los Palis). Trois autres sont localisées dans le Bas-Plateau central (Ecoles nationales de Crête-Brûlée, de Triannon et de Destaingville). Les deux dernières se trouvent dans l’Artibonite dans la commune de Verrettes. Il s’agit des écoles nationales de Charles Belair et de Désarmes.

Contribuer au développement durable du pays

L’ambassadeur du Japon en Haïti, M. Mitsuaki Mizuno, se réjouit de son appui en éducation au pays. Le gouvernement japonais a fait choix, précise-t-il, d’investir dans un secteur clé « l’éducation », susceptible de réduire la pauvreté et de contribuer au développement durable d’Haïti.

Saluant la coopération japonaise pour sa contribution à la construction de ces écoles, le titulaire du MENFP estime que le Japon est un partenaire sûr sur lequel le MENFP peut compter pour la mise en œuvre des projets d’éducation.

Le professeur Pierre Josué Agénor CADET a profité, par ailleurs, pour remercier le Président de la République et le Premier Ministre pour leur appui sans faille au secteur de l’éducation qui a permis notamment de régulariser la situation des enseignants et de rémunérer plus de 11 000 postes pour les personnels pédagogique et administratif. Il a également adressé ses profonds remerciements à la Première Dame pour son engagement et son soutien à la cause de la Petite enfance.

Protéger le droit à l’éducation

Réaffirmant la nécessité de poursuivre le combat pour le respect du droit à l’éducation en toutes circonstances, le ministre CADET invite les parents, les enseignants et les directeurs d’écoles à continuer la mobilisation pour la défense de ce droit : « Mwen vle salye nou tout paran, elèv, anseyan ak direktè lekòl pou tout angajman nou, batay nou, pou nou pèmèt lekòl la mache kòmsadwa menm si gen difikilte. Ane 2020 pat fasil, nou pran anpil kou, sòti nan peyi lòk pase nan pandemi Kovid-19 ak lòt pwoblèm ankò, men nou te mobilize pou timoun yo ale lekòl, kontinye aprann paske nou toujou di l edikasyon se pi gwo zouti pou devlopman peyi a ak timoun yo. Pa gen lekòl, pa gen avni san ledikasyon. Se pou nou tout kontinye mete men pou n kontinye defann dwa pou ledikasyon nan kelkilanswa sikonstans lan. Se devwa chak sitwayen, se devwa chak aktè pour defann lekòl nan enterè timoun yo. Mwen konte sou menm angajman an, menm detèminasyon an ».

Pour le Premier Ministre, « Cette augmentation du parc scolaire met en exergue la volonté affirmée du Chef de l’État de respecter sa promesse de construire 15000 salles de classe à travers tout le pays, en vue d’étendre les services et infrastructures de base aux couches les plus vulnérables. En effet, avec cette inauguration, ces bâtiments scolaires arrivent, en ce début d’année académique 2020-2021, pour accueillir pas moins de 10000 à 12000 enfants scolarisables, pour une moyenne entre 800 et 900 élèves par établissement ».

Ressouder la République par l’éducation

Insistant sur la nécessite d’une mise en commun pour faire avancer la cause de l’éducation, le chef du gouvernement indique « l’éducation est un bien public. Ce bien public qui est la base de la formation citoyenne, est et doit constituer notre garantie pour réparer, re-souder et fonder la république. Nous ne pouvons rendre notre société plus juste que par l’école. Une école de qualité. Une école pour tous ».

Pour sa part, la Première Dame se dit enchantée de prendre part à la cérémonie inaugurale de ces 12 écoles qui viennent matérialiser la vision de son époux, le Président Jovenel Moïse, en matière d’éducation et de la politique du gouvernement haïtien, visant à assurer l’accès de toutes et de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité. Il s’agit, en effet, souligne-t-elle, de permettre à chaque section communale du pays, d’être doté d’un établissement scolaire, en particulier dans les zones d’accès difficiles, où la demande de scolarisation ne fait qu’augmenter d’année en année.

Envesti nan ledikasyon se yon grenn lespwa

Montrant l’importance de cet investissement en matière d’éducation et de ses retombées, Madame Martine MOISE affirme « Li enpòtan pou nou rekonèt, envestisman nou fè nan edike chak tifi ak ti gason nan peyi a, se yon grenn lespwa nou plante ki nan kèk lane ankò pral boujonen sitwayen ak sitwayèn onèt, kapab, konsekan, ki pral pote chanjman ak devlopman nou tout swete nan peyi a. Paske timoun jodi, granmoun demen, yo se la relèv ».

Réagissant à la demande du Maire Elmetus, la Première Dame promet que le nécessaire sera fait dans moins d’une semaine suivant les garanties déjà données par le Premier Ministre pour la dotation d’un laboratoire informatique à l’école nationale Guy Malary. Une heureuse nouvelle chaudement applaudie par l’assistance, en particulier les élèves.

En visitant les bâtiments de l’école nationale, au terme de la cérémonie après la coupe du ruban inaugural, le Premier Ministre et la Première Dame, de concert avec le ministre CADET, ont profité pour distribuer des kits et des manuels scolaires aux élèves. Ils ont également lancé le programme de cantines scolaires pour les enfants qui n’ont pas caché leur joie en remerciant les plus hautes autorités de l’Etat et le gouvernement du Japon pour ces actions qui vont les aider à mieux préparer leur avenir.