Transformation : le “bon filon” de la purée de tomates en Afrique de l’Ouest

Ismaël Tanko, un jeune entrepreneur togolais de 33 ans, a créé une entreprise florissante dont les purées de tomates sont vendues dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Prochaine étape : industrialiser la production et multiplier les points de vente.

“L’idée de départ, en me lançant dans la transformation et la commercialisation de purée de tomates, était de régler le problème crucial des pertes postrécolte des agriculteurs et d’augmenter ainsi leur niveau de vie”, explique Ismaël Tanko, fondateur et PDG de Tim Agro. À chaque saison des pluies, propice à la culture maraîchère, les producteurs de tomates ne savaient que faire de leurs invendus. En saison sèche, les tomates deviennent rares et les prix augmentent. Ismaël Tanko a donc étudié sur Internet la meilleure façon de conserver le fruit, afin de le vendre toute l’année. “J’ai démarré sans vraiment faire d’étude de faisabilité, j’avais juste le sentiment que je tenais le bon filon”, s’amuse-t-il. 

Aujourd’hui, le trentenaire dirige une entreprise de huit salariés permanents, tous âgés de moins de 35 ans, avec un chiffre d’affaires qui s’élevait à 10 600 € (7 millions de frans CFA) en 2017. La culture de la tomate étant saisonnière, l’entreprise fait appel à une soixantaine de travailleurs temporaires au moment de la récolte.  

Il a fallu à cet ancien employé de l’Association des grandes entreprises du Togo (AGET) et de la British School de Lomé plusieurs années d’essais et de recherches, puis le soutien financier de ses amis et l’obtention d’un crédit bancaire afin de réunir un capital de départ de 9 150 € (6 millions de francs CFA). Ismaël Tanko a d’abord travaillé avec son épouse et son beau-frère, avant de recevoir une aide de l’Agence nationale pour l’emploi du Togo, qui a mis à sa disposition quatre jeunes demandeurs d’emploi pendant un an. En 2016, les premières bouteilles de purée de tomates Togo Tomati ont été mises en vente, avec une production totale de 0,8 tonne de purée. Un an plus tard, l’entreprise en produisait 30 tonnes. Objectif pour 2018 : 150 tonnes.  

“Sans additifs ni conservateurs”, la purée de tomates est déjà distribuée au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali et au Niger. “Au Togo, nous sommes présents dans une quarantaine de supermarchés (tous les Champion, Dauphine et Ramco) et boutiques et représentés dans les autres pays par des agents indépendants”, précise le jeune entrepreneur. 

Après avoir acheté les tomates sur les marchés de Lomé, puis directement auprès d’agriculteurs, Ismaël Tanko envisage à l’avenir d’établir des contrats avec des petits producteurs. “Chaque producteur aura une rémunération fixe et une commission variable en fonction de la superficie de son exploitation ainsi que de la quantité de tomates qu’il aura réussi à obtenir. En plus, chacun aura droit à des vivres à l’occasion des fêtes de fin d’année ainsi qu’à des fournitures scolaires pour ses enfants à la rentrée”, explique-t-il. Une façon de s’assurer, aussi, de la qualité des fruits.  

Ismaël Tanko ambitionne de vendre ses purées, d’ici fin 2019, dans 24 pays d’Afrique. Une ouverture du capital a donc été décidée cette année afin de lever les 381 360 € (250 millions de francs CFA) nécessaires à l’achat de machines et la production sous serre d’une partie de la matière première. En plus de Tim Agro, le trentenaire vend une marque d’eau minérale et possède une entreprise de livraison, une de gestion hôtelière et une de formation professionnelle. 

Son conseil aux jeunes entrepreneurs ? “Mettre un accent particulier sur deux éléments : la qualité des produits et leur packaging.” Ensuite, ils pourront rêver de “tutoyer les sommets”.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *