UN REGARD CAPTIVANT DANS LE MONDE DU CINEMA HAÏTIEN

 Le 4e Festival biennal de film haïtien présenté par Haïti Cultural Exchange (HCX), un organisme à but non lucratif basé à New York — projette un regard passionnant et prolifique dans le monde du cinéma haïtien. Annoncé aujourd’hui, le festival débutera avec une levée de fonds le jeudi 11 mai à l’Alamo Drafthouse Cinema (445 Albee Square West, Brooklyn, NY). Il y aura également une soirée spéciale de courts métrages sélectionnés, y compris un certain nombre de films de diplômés du Ciné Institue de Jacmel. Dans le cadre du mois du patrimoine haïtien, le festival présente des films qui représentent la riche vie sociale et culturelle d’Haïti. Le Festival a lieu du 11 au 14 mai.

 

Michelle Materre, professeure agrégée d’Études médiatiques et de cinéma, qui est actuellement membre du Comité consultatif du Festival du film, a partagé ce qui suit au sujet du festival : « j’ai été fière de faire partie du festival depuis sa création. J’attends avec impatience le festival chaque saison pour trouver de talentueux cinéastes caribéens dont le travail offre toujours une perspective unique et que nous ne voyons pas assez. Le personnel d’Haïti Cultural Exchange est un groupe étonnant, dont le travail acharné et l’engagement envers le festival sont évidents chaque année. »

La Soirée d’ouverture du Festival sera une activité de collecte de fonds qui mettra en vedette des projets sélectionnés qui mettent l’accent sur le travail des forces créatives qui ont contribué de manière significative au cinéma et à la culture haïtienne. Les honorés seront:

 

Arnold Antonin: un réalisateur connu pour son engagement social, politique et culturel envers Haïti. Sa filmographie comprend des dizaines de titres allant des courts métrages documentaires aux longs métrages narratifs qui explorent l’art, la culture et l’histoire haïtiens. Il a reçu de nombreux récompenses et distinctions prestigieuses, y compris le prix Djibril Diop Mambety au Festival international de Cannes

en 2002 et le meilleur prix cinématographique de la Diaspora africaine Paul Robeson à FESPACO à Ouagadougoux en 2007, 2009 et 2011.

 

Jimmy Jean-Louis: un acteur haïtien de cinéma et de télévision avec un impressionnant CV international. Ses crédits hollywoodiens comprennent « Tears of the Sun » avec Bruce Willis et Monica Belluci, « Hollywood Homicide » avec Harrison Ford et Josh Hartnet, « Monster in-Law » avec Jane Fonda et Jennifer Lopez, et « The Miracle Match » avec Patrick Stewart et Gerard Butler. Jean-Louis est bien connu pour sa représentation de René, l’Haïtien charismatique, dans l’émission télévisée « Heroes ». Il a également joué un rôle de premier plan dans de nombreux films, y compris « Sin-Kiang Sand », pour lequel il a reçu une nomination au meilleur acteur de l’Africain Film Academy Awards (AMAA) en 2011. Ses plus récents rôles caractéristiques – dans les films « Cargo » « The Empty Box », « Everything But a Man », et « Toussaint Louverture » – explorent les récits d’Haïti et de sa diaspora.

 

Rachelle Salnave: une cinéaste haïtienne-américaine dont les documentaires couvrent divers sujets pertinents pour ses communautés aux États-Unis et en Haïti. Le film de Salnave sur la gentrification de Harlem, appelé « Harlem’s Mart 125: The American Dream » a remporté le meilleur documentaire au Festival du film documentaire africain en 2010. Après la sortie de son deuxième long métrage, une exploration de ses racines haïtiennes appelée «La Belle Vie: la bonne vie», le consulat général de la République d’Haïti à Miami l’honorait d’un prix Beacon of Hope and Achievement Award au cours du Mois international de la femme. En 2015. Salnave est également le fondateur d’Ayiti Images, une série de films itinérants qui présente des films haïtiens et leurs réalisateurs avec le soutien d’entités dont la Fondation Knight et Green Family Foundation.

 

Au cours de ses trois premières éditions, Haïti Film Fest a attiré des milliers de participants et continue de croître chaque année. En illuminant le cinéma haïtien vers un public élargi, Haiti Cultural Exchange a pu continuer son engagement à soutenir les arts et l’éducation haïtiens dans la communauté de New York.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *