Haïti-Insécurité : Les Haïtiens Ont Pour Devoir Premier D’organiser Leur Propre Défense Et Celle De Leur Communauté, Droit Sacré Et Légitime, A Fait Savoir Père Jean- Miguel Auguste.

Les attributions principales du Président et du Gouvernement consistent à protéger toute la population sans distinction aucune, à défendre l’intégrité du territoire national, éduquer les jeunes, assurer l’accès aux soins de santé et faciliter et réguler les activités économiques et financières.

Aujourd’hui, l’exécutif haïtien, par laxisme, incapacité, incompétence, irresponsabilité, a permis la métastase des gangs armés et du phénomène de l’enlèvement (kidnapping) et se trouve dans l’impossibilité de satisfaire aucunes des attributions mentionnées plus haut.

Face à son inaptitude et à l’impuissance de la Police Nationale dans la protection de la population, celle-ci est devenue un gibier que chassent et traquent chaque jour les ravisseurs, les voleurs, les violeurs et les meurtriers.

Livrés à eux-mêmes, les Citoyennes et les Citoyens haïtiens ont pour devoir premier d’organiser leur propre défense et celle de leur communauté. Droit sacré et légitime. Le temps n’est plus aux lamentations ni aux invectives. L’heure est venue d’assurer la protection de vos vies, de celles de vos familles, amis et voisins. Dès lors, du matin au soir et du soir au matin, montez la garde et soyez vigilants. Que personne n’entre ou ne sorte dans vos quartiers sans un certain contrôle. Les kidnappeurs vivent et habitent parmi vous. Dénoncez-les! Pourchassez-les partout jusqu’à leur dernier retranchement! Ne restez plus les bras croisés à vous plaindre comme des impuissants et des peureux. Vous observez des mouvements inhabituels, des inconnus qui rentrent et sortent dans votre zone, dans votre quartier, automatiquement ameutez le plus de monde possible, encerclez l’endroit ou la maison et faites appel aux forces de Police.

Je pense aux années 1997, durant lesquelles, à Brooklyn NY, dans la zone de East Flatbush où s’affrontaient les gangs, le traffic de la drogue faisait rage, les kidnappings se multipliaient, les assassinats avaient lieu en plein jour et au quotidien. Je me souviens encore de la réaction courageuse, vigoureuse et rigoureuse du Maire de New-York d’alors, Rudy Giuliani, face à cette situation. Il invita d’abord la population à la vigilance, à la collaboration et à la prudence. Ensuite, il intima l’ordre à la Police d’être impitoyable, avec prime en plus, envers les bandits légaux et les déliquants. En un rien de temps, Brooklyn était nettoyé. Au lieu d’actions d’éclat contre les bandits, les autorités haïtiennes demandent à la population de rester calme.

Elles ne semblent pas comprendre la gravité de la situation ou pire encore, sont d’un cynisme sans pareil.

La peur s’est domiciliée aux quatre points cardinaux de la capitale, à chaque coin de rue, partout dans la ville et surtout dans le coeur et la tête de chaque citoyenne et de chaque citoyen, du plus jeune au plus vieux.

Dans de telles conditions, comment peut-on demander à la population de vaquer sereinement à ses occupations?

Chaque parent à la frousse d’envoyer son ou ses enfants à l’école. Quand des membres d’une famille quittent leur domicile en matinée, ils n’ont aucune garantie de se revoir à la tombée de la nuit. Chaque époux ou épouse, chaque parent, chaque condisciple de classe, chaque voisin, chaque ami, vit dans la crainte quotidienne de recevoir un appel téléphonique et d’entendre une voix inconnue, méchante, diabolique, lui annoncer le rapt d’un proche assorti de l‘exigence du paiement d’une somme exorbitante, que personne ne possède.

Comprenez-vous, messieurs les « ministres de l’Insécurité et de l’impunité », l’angoisse et la psychose de peur dans laquelle évoluent les habitants de Port-au-Prince et de ses environs?

Je sais que mon pays est dirigé par des incapables mais j’étais loin de penser que leur incapacité pouvait être poussée jusqu’à ce point. Elle trempe dans la méchanceté.

Par ailleurs, je viens de découvrir qu’il y a tout un monde de différence de traitement quand il s’agit d’un citoyen Haïtiano/Américain ou d’un autre étranger et d’un Haïtien. Quand c’est un Haïtien/Américain qui est kidnappé, une fois avertie, l’Ambassade Américaine se met en branle avec toutes ses batteries et agents sur le terrain pour retrouver et libérer son ou ses ressortissants et notre Police Nationale se mobilise et se met en quatre pour les aider dans leur quête… Gason pa kanpe ! Les Ministres appellent et rassurent les familles. Tout ceci me paraissait normal jusqu’à ce que je découvre que l’étranger, même chez nous en Haïti, est mieux servi, mieux respecté, mieux protégé, mieux encadré. L’Haïtien, partout, est traité avec négligence, dédain et désinvolture, jusque dans son propre pays.

Non, messieurs les ministres “de l’Insécurité”, la population ne peut et ne doit pas garder son calme ! Elle est livrée à elle-même et ne se sent ni protégée ni en sécurité. Il est de votre responsabilité et de votre devoir, vu ce que vous coûtez à la nation et au regard de tous les privilèges dont vous bénéficiez (particulièrement le coût de votre sécurité et celle de votre famille) de vous assurer que LA PEUR CHANGE DE CAMP.

Une fois de plus, à cause de votre amateurisme et de votre incapacité crasse à diriger, l’année scolaire va être encore perturbée. Des élèves, par peur, d’être enlevés et violés, vont rester chez eux ou retourner en province.

Je crois que le moment est venu de repenser ce Pays, de le contruire sur des bases de bonne gouvernance, de sécurité et de création des richesses et d’emplois. A trop laisser le peuple Haïtien croupir dans la misère et vivre sans espoir, nous payons aujourd’hui les conséquences de nos inconséquences. Il est maintenant impératif de placer au pouvoir des hommes de caractère, fermes et justes, inébranlables dans leur défense de la cause des pauvres de la classe moyenne et de cette partie de la bourgeoisie qui aime encore ce pays.

Peuple Haïtien, commencez donc à compter sur vous-mêmes, à vous organiser pour changer vous-mêmes votre situation. Ce combat commence aujourd’hui par une prise en charge de vos quartiers, de vos rues et de vos zones par l’établissement, sans plus tarder, des Comités de vigiles pour combattre sans merci ce fléau qu’est le kidnapping.

Il est temps de former ce grand faisceau de solidarité à la manière des multiples couleurs de l’Arc-en-Ciel. Sinon, la prochaine victime sera vous ou encore un proche.

Demain, c’est la St Valentin. Saisissons cette occasion pour témoigner non pas seulement notre amour à ceux qui nous sont proches, mais faire également preuve d’empathie envers toutes les familles endeuillées par cette calamité et celle de Rubens Eugène en particulier, qui nous a donné un bel exemple de l’esprit de la Fête de la St Valentin en pensant avec tout l’altruisme dont il était capable à ses cinq amis kidnappés avant de penser à lui. Rubens Eugene, tu es un Martyr, un exemple évangélique de l’amour. Tu es un vrai chrétien.

Pouvons-nous profiter de ce jour pour exprimer notre tendresse et notre affection à tous ceux et celles que nous aimons et qui nous sont chers, sans oublier aussi ceux et celles qui n’auront pas une telle chance ?

Tout en exprimant notre reconnaissance et notre tendresse par des gestes d’amour et des cadeaux bien choisis à ceux et celles qui nous ont fait du bien, pouvons-nous, en cette occasion, arrêter de penser uniquement à nous, à notre famille, nos amis et tous ceux qui nous sont chers, pour songer à toute cette misère qui nous entoure, à toute cette souffrance qui s’étale sous nos yeux, à tous ces démunis qui arpentent nos rues et essuient nos voitures et à la solitude de cette femme abandonnée ou de cet homme qui vit bien trop longtemps en solitaire?

Que la grande marche pacifique contre l’insécurité de demain et la Saint Valentin aillent frapper aussi à la porte des coeurs des ravisseurs à la recherche de ce qui leur reste encore d’humanité pour qu’ils puissent changer de vie et de métier.

Bonne fête de la St Valentin à tous et à toutes. Et soyons des Arc-en-ciel dans les nuages de nos amours!

Père Jean-Miguel Auguste.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *