Les Réflexions Sur L’Avenir D’HAÏTI En La Fête De L’Épiphanie Par Père Jean-Miguel Auguste

Depuis la mort de ma maman, le 21 décembre dernier, je vis comme au ralenti. L’ombre de son absence me poursuit, jour et nuit. C’est l’hibernation… Plus rien n’est comme avant.

Pourtant, avec ou sans elle, le temps continue sa course et ne se laisse rattraper que par les plus vaillants et les intrépides tels les Mages qui, guidés par une Étoile, avaient tout abandonné et tout risqué pour partir à la recherche du divin Rédempteur. L’ayant trouvé dans une étable, ils lui ont offert de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

De la Fête de l’Épiphanie, je comprends que l’homme qui trouve la Lumière et la Révélation doit nécessairement se donner et se prosterner, traverser et franchir les obstacles, se mettre en marche par un autre chemin pour arriver à sa destination finale.

L’histoire de la Libération du peuple haïtien poursuit son chemin. Elle a eu des hauts et des bas et en aura encore, mais ne s’arrêtera pas tant que fin ne sera pas mise à la pauvreté et l’indigence de ce peuple, qui n’a que trop souffert.

La lutte pour un changement réel et intégral est irréversible et inéluctable puisque nourrie et alimentée par les justes revendications populaires. C’est pourquoi tous les partis en cause auraient intérêt à se dépasser pour arriver à une solution qui prendra en compte le bien commun et l’amélioration des conditions de vies de ces millions de femmes, d’hommes et enfants, qui croupissent, sans aucun espoir, dans l’obscurité matérielle, intellectuelle et spirituelle totale des innombrables quartiers populaires et bidonvilles du pays.

Au moment de la rédaction de ces Réflexions, tout indique que le Pouvoir, avec sa technique habituelle de consultation de gens insignifiants recherchant avidement des postes, se complait et s’amuse à faire passer le temps, pour atteindre la date du lundi 13 janvier, moment où il faudra constater, une fois de trop dans notre histoire, la caducité du Parlement et à partir de laquelle un deuxième Président, depuis l’avènement de la Constitution de 1987, commencera à diriger par décret.

Alors le Chef de l’Etat pourra former et nommer un Gouvernement à sa convenance. Mais tout cela ce sera du » Bien compté, mal calculé”… Car le peuple haïtien aussi motivé qu’il est aujourd’hui ne baissera pas les bras ni ne lui accordera aucun répit. Bien au contraire, toutes ses actions et décisions seront contestées et inciteront à des manifestations de rues plus violentes les unes que les autres. Le pouvoir se trompe en se croyant en train de reprendre le contrôle de la situation. C’est être amnésique et aveugle à tous ces signes qui annoncent une grande révolte et les poursuites légales contre tous ceux-là qui ont pillé les caisses de l’Etat, volé les fonds PetroCaribe, tué ou organisé des massacres un peu partout dans le Pays. Le Pouvoir aurait intérêt à éviter cette justice populaire qui se dessine et qui sera impitoyable. Et même si le Président restait au pouvoir, l’opposition n’acceptera jamais de participer à des élections bidon que ce Président organiserait et nous avancerions inéluctablement vers un 7 février 2022 sans Président démocratiquement élu.

Le Pays va tout droit vers la catastrophe et seuls les plus justes seront sauvés. En effet quand, dans un Pays, RENCONTRER le Président de la République, loin d’être un honneur, est malsain et vous attire le courroux et le mépris de la population, parler de Paix et proposer le dialogue vous fait mériter l’ostracisme ou la condamnation à mort politiquement, il est à craindre le pire. Quand, dans une société, les voleurs d’hier pourchassent ceux d’aujourd’hui et se présentent comme modèles de probité, que la précarité empêche aux jeunes leaders de rester rectilignes et de résister aux chants des sirènes, quand le concept de sanction morale tend à disparaitre dans notre société et que » Bonjour n’est pas la vérité » et que tout se fait an ba tab, an Koken, an mètdanm, et an kasé fèy kouvri sa, on peut dire, sans crainte de se tromper, qu’HAÏTI a un grand besoin de Révolutionnaires et de Réformateurs. Le déficit moral est tellement énorme et criard dans le Pays qu’aucun rêve de belle et grande omelette ne peut être réaliser sans casser des oeufs. Sans cela, toutes tentatives de réformes seraient vouées à l’échec ou au sabotage.

Des Réformateurs extrêmement compétents et surtout viscéralement intègres, sont ce qu’il faut à ce Pays pour occuper les fonctions les plus élevées des trois pouvoirs et de l’administration publique, ce pour changer le cours de notre histoire de misère, de sous-développement, de corruption, d’impunité et de » jé chèch « .

2020 s’annonce comme l’année de tous les grands défis. Ce sera aussi l’année où la jeunesse, les gens de bonne volonté et tous ceux qui veulent sincèrement changer ce pays de ses racines à ses plus hautes cimes devront se mettre en quête de l’Arc-en-Ciel.

Que l’Etoile de Bethléem nous guide vers le « Petit Reste », vers cette réserve de citoyens compétents et honnêtes capables de relever tous les défis quel qu’ils soient.

Bonne Année 2020!

Père Jean-Miguel Auguste
+50937470865
+13473378954
miguelnov19@gmail.com

Les Réflexions sur l’Avenir D’HAÏTI en la Fête de l’Épiphanie. 6 Janvier 2020.
Par Père Jean-Miguel Auguste

Depuis la mort de ma maman, le 21 décembre dernier, je vis comme au ralenti. L’ombre de son absence me poursuit, jour et nuit. C’est l’hibernation… Plus rien n’est comme avant.

Pourtant, avec ou sans elle, le temps continue sa course et ne se laisse rattraper que par les plus vaillants et les intrépides tels les Mages qui, guidés par une Étoile, avaient tout abandonné et tout risqué pour partir à la recherche du divin Rédempteur. L’ayant trouvé dans une étable, ils lui ont offert de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

De la Fête de l’Épiphanie, je comprends que l’homme qui trouve la Lumière et la Révélation doit nécessairement se donner et se prosterner, traverser et franchir les obstacles, se mettre en marche par un autre chemin pour arriver à sa destination finale.

L’histoire de la Libération du peuple haïtien poursuit son chemin. Elle a eu des hauts et des bas et en aura encore, mais ne s’arrêtera pas tant que fin ne sera pas mise à la pauvreté et l’indigence de ce peuple, qui n’a que trop souffert.

La lutte pour un changement réel et intégral est irréversible et inéluctable puisque nourrie et alimentée par les justes revendications populaires. C’est pourquoi tous les partis en cause auraient intérêt à se dépasser pour arriver à une solution qui prendra en compte le bien commun et l’amélioration des conditions de vies de ces millions de femmes, d’hommes et enfants, qui croupissent, sans aucun espoir, dans l’obscurité matérielle, intellectuelle et spirituelle totale des innombrables quartiers populaires et bidonvilles du pays.

Au moment de la rédaction de ces Réflexions, tout indique que le Pouvoir, avec sa technique habituelle de consultation de gens insignifiants recherchant avidement des postes, se complait et s’amuse à faire passer le temps, pour atteindre la date du lundi 13 janvier, moment où il faudra constater, une fois de trop dans notre histoire, la caducité du Parlement et à partir de laquelle un deuxième Président, depuis l’avènement de la Constitution de 1987, commencera à diriger par décret.

Alors le Chef de l’Etat pourra former et nommer un Gouvernement à sa convenance. Mais tout cela ce sera du » Bien compté, mal calculé”… Car le peuple haïtien aussi motivé qu’il est aujourd’hui ne baissera pas les bras ni ne lui accordera aucun répit. Bien au contraire, toutes ses actions et décisions seront contestées et inciteront à des manifestations de rues plus violentes les unes que les autres. Le pouvoir se trompe en se croyant en train de reprendre le contrôle de la situation. C’est être amnésique et aveugle à tous ces signes qui annoncent une grande révolte et les poursuites légales contre tous ceux-là qui ont pillé les caisses de l’Etat, volé les fonds PetroCaribe, tué ou organisé des massacres un peu partout dans le Pays. Le Pouvoir aurait intérêt à éviter cette justice populaire qui se dessine et qui sera impitoyable. Et même si le Président restait au pouvoir, l’opposition n’acceptera jamais de participer à des élections bidon que ce Président organiserait et nous avancerions inéluctablement vers un 7 février 2022 sans Président démocratiquement élu.

Le Pays va tout droit vers la catastrophe et seuls les plus justes seront sauvés. En effet quand, dans un Pays, RENCONTRER le Président de la République, loin d’être un honneur, est malsain et vous attire le courroux et le mépris de la population, parler de Paix et proposer le dialogue vous fait mériter l’ostracisme ou la condamnation à mort politiquement, il est à craindre le pire. Quand, dans une société, les voleurs d’hier pourchassent ceux d’aujourd’hui et se présentent comme modèles de probité, que la précarité empêche aux jeunes leaders de rester rectilignes et de résister aux chants des sirènes, quand le concept de sanction morale tend à disparaitre dans notre société et que » Bonjour n’est pas la vérité » et que tout se fait an ba tab, an Koken, an mètdanm, et an kasé fèy kouvri sa, on peut dire, sans crainte de se tromper, qu’HAÏTI a un grand besoin de Révolutionnaires et de Réformateurs. Le déficit moral est tellement énorme et criard dans le Pays qu’aucun rêve de belle et grande omelette ne peut être réaliser sans casser des oeufs. Sans cela, toutes tentatives de réformes seraient vouées à l’échec ou au sabotage.

Des Réformateurs extrêmement compétents et surtout viscéralement intègres, sont ce qu’il faut à ce Pays pour occuper les fonctions les plus élevées des trois pouvoirs et de l’administration publique, ce pour changer le cours de notre histoire de misère, de sous-développement, de corruption, d’impunité et de » jé chèch « .

2020 s’annonce comme l’année de tous les grands défis. Ce sera aussi l’année où la jeunesse, les gens de bonne volonté et tous ceux qui veulent sincèrement changer ce pays de ses racines à ses plus hautes cimes devront se mettre en quête de l’Arc-en-Ciel.

Que l’Etoile de Bethléem nous guide vers le « Petit Reste », vers cette réserve de citoyens compétents et honnêtes capables de relever tous les défis quel qu’ils soient.

Bonne Année 2020!

Père Jean-Miguel Auguste

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *